Devenir indépendant nécessite de mener une réflexion sur son futur statut en tenant compte des aspects économiques, mais aussi des avantages sociaux du statut. En l’occurrence, les avantages sociaux du portage salarial sont particulièrement attractifs comparés à ceux d’un freelance. Alors, freelance portage salarial, lequel choisir entre les deux ? 

Comparaison des statuts freelance portage salarial

Concentrons nous sur 3 sujets importants : La Prévoyance, l’Assurance chômage et la Retraite.

Prévoyance

En cas de maladie, de décès ou d’accident, la prévoyance permet de pouvoir être indemnisé.

Un indépendant classique dépendant du RSI n’a pas d’autre choix que de souscrire à un complément d’assurance pour être indemnisé.

Assurance chômage

Le travailleur indépendant n’est pas couvert dans le régime de base en cas de chômage. Pour être couvert en cas de perte d’activité, il doit s’assurer au travers d’une souscription volontaire.

Même en contractant à une assurance, sa protection serait en deçà de celle d’un salarié (un assureur ne pourrait proposer un tel produit qu’à un coût prohibitif).

Retraite

La retraite du travailleur indépendant est un passage compliqué. A nombre égal d’années cotisées, le freelance est clairement pénalisé comparé à un cadre ayant perçu des revenus identiques.

Call to action pour freelance portage salarial

LA PRÉVOYANCE

La prévoyance permet de pouvoir être indemnisé en cas de maladie, de décès ou d’accident. Elle est indispensable lorsqu’on a autour de soi des personnes à charges, elle évite de cumuler les difficultés liées à la maladie et la précarité économique.

Dans le cas du consultant indépendant il est absolument nécessaire de contracter un complément d’assurance si on souhaite pouvoir être indemnisé correctement. Inutile de souligner que cette souscription complémentaire réduira encore l’écart de coût des cotisations entre ce régime libéral et celui de salarié Porté sans pour autant résoudre les deux autres catégories de questions.

Dans chaque cas nous baserons notre exemple sur un chiffre d’affaires de 60 000 € pour rester constants dans notre comparaison.

La prévoyance comparée du travailleur indépendant et du salarié, (si on considère la seule cotisation de base), apportent les protections suivantes :

 Salarié (convention syntec) Indépendant (freelance)
 Maladie : Délai de  carence 3 jours Non applicable
 IJSS Salaire journalier brut de référence x 60% pendant les 28  premiers jours puis 80% à compter du 29e jour (plafond de  185,31€ par jour du 1er au 28e jour puis 247,08€ à compter  du 29e jour) Néant
 Rente invalidité  Taux d’invalidité > 66%, l’assureur complète les rentes  versées
par la Sécurité sociale à hauteur de 80% du salaire brut sans  excéder le salaire net
Taux invalidité entre 33% et 65% : complément de l’assureur  de :([3x taux d’invalidité] /2) x rente versée
 Montant pour taux minimum d’invalidité de 66% de 3432€ à 17 160€ par an en fonction de  la classe cotisée
Montant pour un taux d’invalidité de 100% de 5 200€ à 26 000€ par an en fonction de la  classe cotisée
 Capital décès  170 % x total des rémunérations brutes perçues au cours des  12 derniers mois
Montant minimum de 170% du plafond annuel de la sécurité  sociale pour les salariés non cadre soit 62 954 euros en 2013  (340% pour les salariés cadre soit 125 909 euros)
 En fonction de la classe cotisée au moment du décès
Classe A : 15 800€
Classe B : 46 800€
Classe C : 78 000€
 Cotisation  prévoyance Salaire brut plafonné à la tranche C avec pour taux de  cotisation:
Tranche A : 0,74%
Tranche B : 1,13%
Tranche C : 1,13%
 En fonction de la classe cotisée :
Classe A : 76€
Classe B : 228€
Classe C : 380€

 

L’ASSURANCE CHÔMAGE


L’
assurance chômage est un des écarts parmi les plus frappants puisque les travailleurs indépendants n’ont aucune couverture prévue dans le régime de base. Le risque de perte d’activité doit être assuré au travers d’une souscription volontaire s’ils veulent le couvrir.

En tout état de cause, les propositions faites par les différents assureurs sont loin de valoir le régime général des salariés. Si le consultant indépendant devait se couvrir dans des termes identiques, le coût qui lui serait alors proposé deviendrait pour lui prohibitif et il y a de fortes chances que les assureurs qui proposeraient un tel produit d’assurance se discréditeraient.

Ici la comparaison est simple, dans le cas du salariat il existe une protection qu’on qualifie d’excellente dans toute l’Europe, dans le cas de l’indépendant rien n’est prévu dans le régime général.

 

LA RETRAITE

Ceux qui côtoient des travailleurs indépendants venant de liquider leur retraite les ont sans doute entendu se plaindre du sort qui leur est fait. Cette retraite semble en effet ne pas aller de soi. La cotisation de base ne permettrait pas de se constituer une retraite suffisante pour assurer son devenir économique et elle serait notoirement en deçà de celle des cadres.

Pour trancher ce débat, examinons la retraite d’un freelance ayant cotisé 42 annuités et comparons la à celle d’un cadre ayant perçu des revenus identiques.

Nous conserverons notre niveau de 60 000 € d’honoraires que nous comparerons à un salaire brut de 40 000 € annuels.

Exemple chiffré sur l’hypothèse d’un plafond sécurité sociale à 37 032 € :

Salarié

Indépendant

consultant à 3000 euros nets/mois3600036000
salaire brut46153,84/
cotisations sociales10153,84/
dont retraite base6394,963150,86
dont retraite complémentaire (hors CET et AGFF)1184
arrco2777,4/
agirc1851,73/
Points acquis et retraite acquise au bout de 42 années :
Points retraite de baseN/A453
Points retraite complémentaire/36
ARRCO pour 1 année145,90/
AGIRC pour 1 année279,47/
Retraite de base pour 1 année440,85251,27
Retraite complémentaire/93,6
ARRCO pour 1 année182,57/
AGIRC pour 1 année121,62/
Retraite annuelle par année de travail745,05344,87
Retraite annuelle pour 42 ans d’activité31292,4114484,92

AVANTAGE AU STATUT DE SALARIÉ EN PORTAGE SALARIAL PAR RAPPORT AU STATUT FREELANCE

Dans ces trois domaines on constate que le salarié est dans une bien meilleure position que l’indépendant avec un écart très significatif. Pourtant nous n’avons analysé que l’écart constitué par le niveau différentiel de protection sociale. Mais il existe d’autres désavantages qui sont très loin d’être négligeables. Ils peuvent s’évaluer en termes de manque à gagner, coûts cachés ou de confort. Toutes choses importantes lorsqu’on devient employeur de soi, autonome et donc capable d’assumer la recherche et l’exécution de ses missions. Le freelance portage salarial est donc un statut à étudier.

C’est pourquoi nous évoquerons dans un dernier article sur ce sujet, les différences sensibles à connaitre pour faire un choix bien informé. Chacun est libre de sa décision mais il doit en connaitre les conséquences.

Call to action pour freelance portage salarial